[Pollution Lumineuse] Comment Agir en France ou ailleurs ?

Alors qu’environ 3 milliards d’êtres humains sont confinés, des lampadaires restent allumés et éclairent des rues vides en consommant de l’énergie.

Pourtant il semblerait que ce confinement donne un coup de boost au mouvement d’extinction des villes françaises en cœur de nuit. Par exemple, la ville d’Orsay a profité du confinement pour tester une extinction des éclairages de la ville (16 000 habitants) sauf autour de l’hôpital et les gares. Considérer ce confinement comme une prétexte pour expérimenter et requestionner nos habitudes.
C’est peut-être utopique, mais j’ai espoir que réduire la Pollution lumineuse soit un premier levier d’action pour un mouvement plus puissant vers des modes de consommation plus intelligent.

Peut être qu’en donnant l’occasion aux enfants de rêver à de grands espaces, on leur donnera le goût de sauvegarder la seule maison dans laquelle on est confiné, notre planète, puis le goût de chérir un peu mieux ses prochains en les traitants avec respect, égalité et un peu plus d’humanité…

Agir en contactant directement ses Élus :

Pour agir à notre échelle de citoyen, nous pouvons bien sûr, requestionner nos éclairages privés (spots de terrasse, jardin, etc.), mais surtout, aider les astronomes, biologistes et nombreuses associations qui militent depuis des années pour réduire cette Pollution lumineuse en contactant directement nos élus et en les sensibilisants au sujet de la Pollution lumineuse.

Comment les contacter ?

Par internet, ça reste le moyen le plus simple et rapide !

Passez par twitter, Facebook ou un autre réseau social, c’est un des moyens les plus directs pour contacter votre élu. Soit il gère son compte lui-même et lira votre message directement, soit c’est un « Community Manager » qui gère son compte et dont le métier est justement de répondre à votre demande. Ou alors, écrivez un email depuis la rubrique contact du site dédié à votre commune.

S’y mettre à plusieurs. C’est une sorte de lobbying citoyen, tu prends tes amis, vous écrivez tous à votre élu pour formuler votre demande dans le respect

Vous pouvez aussi leur écrire une lettre en recommandé, ou aller directement voir votre élu en prenant rendez-vous avec lui pour lui exposer votre point de vue et vos arguments sur le sujet.

Qu’est-ce qu’on leur demande ?

Bonne question. Je reste persuadé que sensibiliser avant d’exiger quelque chose est la meilleure façon d’ouvrir les esprits quant à sa demande. Mon film documentaire « Où sont passées les Lucioles » peut servir de support à cette prise de conscience, n’hésitez pas à le glisser dans votre message.

En ce temps de confinement, pourquoi ne pas leur proposer d’éteindre une rue, un quartier de la ville ? D’étudier les lampadaires qui sont inutiles la nuit pour commencer ? Étudier les économies réalisées sur une semaine puis calculer le gain fait sur une année ?

C’est l’argument principal quand on va voir un élu, l’argument économique. Prendre conscience qu’on peut faire du bien au porte-monnaie et à l’environnement en consommant mieux son énergie c’est un 1er levier d’action avant de leur demander d’entreprendre des changements de luminaires. L’extinction reste la solution la plus simple à mettre en place.

Pour cela, l’ANPCEN fournit des « lettres type » à remplir et envoyer à ses élus.

Ici une lettre type à modifier et envoyer à son Élu en cette période de confinement rédigée par l’ANPCEN.

L’extinction est une méthode formidable pour réduire sa consommation d’énergie et la pollution lumineuse dans sa commune. Mais la lumière a aussi un intérêt, elle rassure les gens, c’est un fait, et elle permet d’éviter à ta tante de se péter la tronche sur le trottoir.

Rassurer par rapport à la Noirceur :

Il faut comprendre que ça puisse faire peur, la Nuit et la Noirceur. Et si on veut requestionner l’éclairage, il s’agit aussi de sensibiliser et rassurer ses voisins.

Lorsque j’ai diffusé mon film « Où sont passées les Lucioles » sur internet, j’ai profité d’un outil utilisé en marketing digitale pour faire la promotion de ce film sur Facebook. L’avantage de cet outil c’est qu’il permet de cibler les gens chez qui nous voudrions voir apparaitre notre annonce. Pour ma part, j’ai décidé de cibler des personnes de plus de 50 ans. C’est facile pour moi et mon travail de plaire à des gens de mon âge, qui sont sensibilisés à la question environnementale et qui l’ont désormais intégré dans leur mode de vie. Mais c’est beaucoup plus compliqué de sensibiliser des gens qui n’ont pas les mêmes références, etc. Voici donc à quoi ressemblait l’annonce :

Et c’est intéressant d’étudier le profil des personnes qui m’ont laissé des commentaires contre les extinctions. Il est évident que ces personnes se sont contentées de l’annonce pour établir leur réponses, dommage, mais il s’agit ici de comprendre qu’il y a beaucoup de personnes qui n’ont pas réfléchi au problème de pollution lumineuse, des personnes qui vivent dedans depuis toujours et qu’il faudra rassurer et sensibiliser en leur expliquant qu’on ne veut pas tout éteindre, mais éclairer plus intelligemment.

La lumière apporte un sentiment de sécurité, qu’il ne faut pas confondre avec la sécurité. La sécurité c’est celle de pouvoir marcher en voyant où l’on marche. Le sentiment d’insécurité c’est celui qui nous fait croire que c’est dans le noir que se passent les mauvaises choses, que c’est grâce à l’obscurité que les cambrioleurs agissent ou que les violeurs exercent leur cochonceté. 

Mais les vols ont majoritairement lieu le jour, quand les gens sont en dehors de leurs maisons. Cette peur du noir est un vieux souvenir issu de notre mémoire atavique. Il faut laisser la nuit en dehors de ça.

Le meilleur moyen de sensibiliser et faire comprendre que c’est une bonne chose est de prendre en exemple ceux qui ont essayé.

Ceux qui ont osé, l’exemple d’Épinal :

Extinction en cœur de nuit de la ville d’Épinal

Épinal éteint ses lumières depuis 2015. C’est évident que ça a fait grincer des dents au début. Les commerçants s’indignaient d’une soi-disant hausse de criminalité et accusaient les extinctions d’en être responsables. 

Nous sommes en 2020, et Épinal continue d’éteindre ses lumières inutiles. Preuve que la criminalité ce n’est finalement pas un problème de lumière. Elle réalise même 75000 € d’économie par année.

Je ne sais pas si vous vous rendez compte de ce chiffre et de ce qu’il représente. Cet argent peut être investi dans l’éclairage, pour changer les luminaires et en installer des plus respectueux de l’environnement nocturne et des citadins par exemple, ça alimentera le cercle vertueux des économies.

Il n’a jamais été aussi simple de gagner de l’argent.

L’ANPCEN a mis en ligne les témoignages d’élu ayant essayé l’extinction. Vous pouvez également en présenter un ou deux à votre maire pour le rassurer. 
Témoignage d’Élu : https://www.anpcen.fr/?id_rub=97&id_ss_rub=130&rub=decouvrir-soutiens-et-temoignages&ss_rub=%C9lus

Je peux me faire aider en tant qu’élu ? 

Bien sûr, de plus en plus de citoyens (nes) sont sensibles à la question de la pollution lumineuse et seraient ravis de vous aider à requestionner l’éclairage public. Si vous n’avez pas de cartographie de votre parc de luminaire, vous pouvez lancer des ateliers de réflexion autour de ce problème en incluant les citoyens pour qu’ils recensent les lampadaires les plus gênants ou les moins utiles par exemple.

Vous pouvez vous faire aider par une association. La principale est l’ANPCEN qui agit contre cette pollution lumineuse depuis plus de 15 ans maintenant et qui accompagne les élus dans leurs démarches et actions.

Vous travaillez dans un Parc Naturel Régional ? Faites-vous accompagner par un bureau d’études ou un chercheur en pollution lumineuse. 

Dark Sky Lab est un bureau d’étude qui est hyperactif sur le territoire français, tant en accompagnement de villes que de soutient aux projets de Trame noire des différents parcs de France, et qui a su au fil des années développer une expertise scientifique par rapport à la pollution lumineuse. Elle dispose d’outils scientifiques qui permettent de mesurer la pollution lumineuse sur une zone donnée (cartographie satellite, mesure sur le terrain…) et de vous accompagner pour trouver une réponse personnalisée en prenant en compte votre budget et calculant les meilleurs choix possible pour réaliser le plus d’économie sur les prochaines années. 

En attendant un article détaillé sur le travail de DarkSkyLab, retrouvez ici l’interview intégrale de Sébastien Vauclair, astrophysicien et gérant de la société.

Communiquer sur les actions réalisées ?

Très bonne idée. C’est important de montrer qu’on fait des choses pour l’environnement, mais attention, faisons preuve de bon sens. Agissons pour FAIRE plutôt que d’agir pour SATISFAIRE l’opinion publique. Comprenons pourquoi il est important d’agir de cette manière et n’agissons pas pour avoir une raison de communiquer et de se mettre en avant. L’ANPCEN met en place tous les 2 ans un concours « Villes et Villages étoilés » pour labéliser les communes qui agissent pour le bien de la nuit. Inscrivez votre commune, le concours prend fin en septembre 2020 et c’est un formidable outil pour montrer que l’on agit et que l’on prend part à un mouvement national sérieux et sain.

Là encore, une lettre type à modifier et à envoyer à son Élu pour lui demander d’inscrire votre ville, village au concours Villes et Villages étoilés 2020.

Quand est ce qu’on s’y met ? 

Derniers Articles Publiés :